Propriété intellectuelle pour start-ups

Start-ups

Comment établir une stratégie de propriété intellectuelle efficace lorsqu’on est très innovant mais pauvre en ressources ?

La plupart des startups naissent autour d’une innovation technologique. Elles n’ont en général pas la puissance commerciale de concurrents établis et peuvent se faire prendre de vitesse si elles ne protègent pas leurs solutions au moyen d’une stratégie de brevets, de copyright et de marques adaptée.

Beaucoup de startup dépendent de manière cruciale d’un financement externe, par exemple auprès de venture capitalists ou de business angels. Posséder un bon portefeuille de brevets rassure ces investisseurs, qui hésitent souvent à investir dans une technologie si des tiers peuvent la copier librement puis la vendre sans intégrer les frais de développement.

Il est cependant impossible pour la plupart des start-ups d’adopter les mêmes stratégies de protection que des sociétés mieux financées ; elles doivent souvent recourir à des méthodes de protection alternatives pour réduire ou au moins retarder les coûts, sans compromis sur la qualité de la protection. Par exemple, des demandes de brevets nationales ou même provisoires sont parfois préférées à des dépôts européens directs ; des demandes internationales PCT permettent aussi de repousser les coûts ; le choix de modèles d’utilité au lieu de brevets est parfois une alternative à prendre en compte.

Dès 2004, P&TS a fait du marché des start-ups une priorité. C’était une décision logique pour notre société, elle-même une jeune pousse qui a rapidement grandi en faisant de l’innovation son cœur de métier.

Elle recueille aujourd’hui les fruits de cette stratégie, puisqu’elle est devenue un partenaire incontournable pour les start-ups ainsi que les Ecoles et les pépinières qui les hébergent. Depuis dix ans, P&TS est expert IP de CTI Start-up, une initiative de la Confédération. Elle assume également un rôle de coaching au sein du réseau romand Platinn.

Plusieurs employés de P&TS peuvent se prévaloir d’une expérience préalable dans les start-ups. Antoine Dieudonné-Vatran a géré pendant plusieurs années le portefeuille de brevets d’une start-up à succès. D’autres, comme Davide Manetti, continuent à jouer un rôle actif dans la gestion de jeunes pousses : depuis 2012, l’ingénieur en électrotechnique de l’EPFZ a effectué divers mandats auprès de jeunes entreprises de l’EPFL, à côté de son activité chez P&TS.

Cette implication à plusieurs niveaux de P&TS et de ses employés nous permet de comprendre parfaitement les besoins spécifiques des start-ups en termes de stratégie, de valorisation de la propriété intellectuelle auprès des investisseurs, en tenant compte de contraintes budgétaires sévères.

Notre société offre par ailleurs des conditions privilégiées aux start-ups soutenues par les organismes et les incubateurs dont elle est partenaire.

CONTACT

Spécialiste en propriété intellectuelle

Christophe Saam

brevet pour un drone